*Index par genre*

Romans et nouvelles

Littérature anglo-saxonne

Littérature américaine

John Krakauer – Into the Wild

Erskine Caldwell – Un p’tit gars de Georgie – Le petit arpent du bon Dieu

Richard Wright – Native Son

Edgar Hilsenrath – Fuck America

Andrew Sean Greer – L’Histoire d’un mariage

Francis Scott Fitzgerald – Gatsby le magnifique

Meyer Levin – Frankie & Johnnie

John Irving – Un mariage poids moyen

Joyce Carol Oates – Délicieuses PourrituresPremier Amour, Un conte gothique

Harper Lee – Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur

Norman Mailer – Un rêve américain

Armistead Maupin – Michael Tolliver est vivant (Les Chroniques de San Francisco – Tome 7)

Shalom Auslander – La lamentation du prépuce

Jack Kerouac – Sur la route, le rouleau original

David Vann – Sukkwan Island

Rick Bass – Winter

Chester Himes – La Reine des pommes

George Pelecanos – Un jour en mai

Littérature britannique

Ali Smith – Girl meets boy

Nick Hornby – Juliet, naked

Jean Rhys – Voyage dans les ténèbres

Melvin Burgess – Junk

Helen Zahavi – Dirty Week-end

Rachel Cusk – Bienvenue à Egypt Farm

Tom Sharpe – Wilt (tome 1 à 4) – Mêlée ouverte au Zoulouland

Jasper Fforde – Délivrez-moi (et autres aventures de Thursday Next)L’affaire Jane Eyre

Somerset Maugham – Amours Singulières

Littérature australienne

Elizabeth Jolley – Foxybaby

Littérature scandinave et nordique

Littérature norvégienne

Herbjorg Wassmo – La Septième rencontreLa fugitive

Littérature danoise

Jorn Riel – Les Ballades du Haldur et autres racontars

Morten Ramsland – Tête de chien

Littérature finlandaise

Sofi Oksanen – Purge

Littérature européenne continentale

Littérature autrichienne

Stefan Zweig – Le Joueur d’échecVingt-quatre heures dans la vie d’une femme

Daniel Glattauer – Quand souffle le vent du nord

Littérature roumaine

Domnica Radulescu – Un train pour Trieste

Littérature tchèque

Jaroslav Hasek – Le brave soldat Chvéïk

Littérature sud-américaine

Littérature chilienne

Pablo Neruda – La solitude lumineuse

Littérature asiatique

Littérature indienne

Rabindranath Tagore – Aux bords du Gange et autres nouvelles

Littérature irannienne

Nahal Tajadod – Debout sur la terre

Littérature francophone

Littérature québécoise

Janik Tremblay – Le Bonheur est assis sur un banc et il attend

Littérature française

Martin Page – Une parfaite journée parfaite

Tonino Benaquista – Saga

J.M. Erre – Prenez soin du chienMade in ChinaSérie Z

Dominique Mainard – Pour Vous

Jean-François Delapré – Catalène Rocca

Christophe Ferré – La photographe

Colette – Chéri

Philippe Jaenada – Les Brutes

Mathias Enard – Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants

 

Biographies

Stefan Zweig – Marie-AntoinetteBalzac, le roman de sa vie

Jospeh Barry – George Sand, ou Le Scandale de la liberté

 

Théâtre et Poésie

Roberto Athayade – Madame Marguerite

Léopold Sédar Senghor – Poèmes perdus

 

Polar – Thriller – Espionnage

Tim Cockey – Le croque-mort a la vie dure

Bob Garcia – Duel en enfer

Donna Leon – Mort à la Fenice

Glenn Cooper – Le livre des morts

Stella Rimington – L’invisible

Jon Fasman – La ville insoumise

Olivier Bocquet – Turpitudes

William Boyd – Orages ordinaires

Frank Delaney – Les Enfants de la nuit

Michael Connelly – Echo Park

Kate White – Hush, ce que vous ne dites pas peut vous tuer

Victor Rizman – 40 ans, 6 morts et quelques jours…

Henri Loevenbruck – Le Testament des siècles

Deon Meyer – Les Soldats de l’aube

Philip Kerr – La Trilogie berlinoiseLa Mort entre autres – Une Douce flamme.

Pierre Lemaitre – Robe de marié.

*Index par auteur*

A

Athayade Roberto – Madame Marguerite

Auslander Shalom – La lamentation du prépuce

B

Barry Jospeh – George Sand, ou Le scandale de la liberté

Bass Rick – Winter

Benaquista Tonino – Saga

Bocquet Olivier – Turpitudes

Boyd William – Orages ordinaires

Burgess Melvin – Junk

C

Caldwell Erskine – Un p’tit gars de Georgie – Le Petit arpent du bon Dieu

Cockey Tim – Le croque-mort a la vie dure.

Colette – Chéri

Connelly Michael – Echo Park

Cooper Glenn – Le livre des morts

Cusk Rachel – Bienvenue à Egypt Farm

D

Delaney Frank – Les Enfants de la nuit

Delapré Jean-François – Catalène Rocca

E

Enard Mathias – Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants

Erre J.M. – Série Z

               – Made in China

               – Prenez soin du chien

F

Fasman Jon – La Ville insoumise

Ferré Christophe – La photographe

Fforde Jasper – L’affaire Jane EyreDélivrez-moi (et autres aventures de Thursday Next)

Fitzgerald Francis Scott – Gatsby le magnifique

G

Garcia Bob – Duel en enfer, Sherlock Holmes contre Jack l’éventreur

Glattauer Daniel – Quand souffle le vent du nord

Greer Andrew Sean – L’Histoire d’un mariage

H

Hasek Jaroslav – Le brave soldat Chvéïk

Hilsenrath Edgar – Fuck America

Himes Chester – La Reine des pommes

Hornby Nick – Juliet, naked

I

Irving John – Un mariage poids moyen

J

Jaenada Philippe - Les Brutes

Jolley Elizabeth – Foxybaby

K

Kerouac Jack – Sur la route, le rouleau original

Kerr Philip – La Trilogie berlinoiseLa Mort, entre autres – Une Douce flamme.

Krakauer Jon – Into the Wild

L

Lee Harper – Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur

Lemaitre Pierre – Robe de marié

Leon Donna – Mort à la Fenice

Levin Meyer – Frankie & Johnnie

Loevenbruck Henri – Le Testament des siècles

M

Mailer Norman – Un rêve américain

Mainard Dominique – Pour vous

Maugham Somerset – Amours singulières

Maupin Armistead – Michael Tolliver est vivant (Les Chroniques de San Fransisco – Tome 7)

Meyer Deon – Les soldats de l’aube

N

Neruda Pablo – La solitude lumineuse

O

Oates Joyce Carol – Délicieuses Pourritures

                               – Premier Amour, Un conte gothique

Oksanen Sofi – Purge

P

Page Martin – Une parfaite journée parfaite

Pelecanos George – Un jour en mai

Q

R

Radulescu Domnica – Un train pour Trieste

Ramsland Morten – Tête de chien

Rhys Jean – Voyage dans les ténèbres

Riel Jorn – Les Ballades du Haldur et autres racontars

Rimington Stella – L’invisible

Rizman Victor – 40 ans, 6 morts et quelques jours…

S

Senghor Léopold Sédar – Poèmes perdus

Sharpe Tom – Wilt (tomes 1 à 4)

                   – Mêlée ouverte au Zoulouland

Smith Ali – Girl meets boy

T

Tagore Rabindranath – Aux bords du Gange et autres nouvelles

Tajadod Nahal – Debout sur la terre.

Tremblay Janik – Le Bonheur est assis sur un banc et il attend.

U

V

Vann David – Sukkwan Island

W

Wassmo Herbjorg - La Septième rencontre

                               - La fugitive

White Kate – Hush, ce que vous ne dites pas peut vous tuer

Wright Richard – Native Son

X

Y

Z

Zahavi Helen – Dirty week-end

Zweig Stefan – Marie-Antoinette

                       – Balzac, le roman de sa vie

                       – Le Joueur d’échec

                       – Vingt-quatre heures dans la vie d’une femme

 

*Les challenges*

Les Challenges 

___

oateschallenge.jpg

Challenge Oates organisé par George 

- Délicieuses pourritures, par Joyces Carol Oates

- Sexy, par Joyces Carol Oates

- Amour noir, par Joyces Carol Oates

- Premier Amour – Un conte gothique, par Joyces Carol Oates

- Viol, une histoire d’amour, par Joyce Carol Oates

- Bellefleur, par Joyce Carol Oates

___

litbel1.gif

Challenge Littérature Belge, organisé par Reka.

- La seconde vie d’Abram Potz, par Ringelheim Foulek

- Acide Sulfurique, par Amélie Nothomb

- *titre à déterminer*.

___

challengelitterama.jpg

Challenge Littérature au féminin, organisé par Litterama :

- Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, par Harper Lee,

- Beloved, par Toni Morrison,

- Chéri, par Colette,

- Coeur Cousu, par Carole Martinez,

- Pour Vous, par Dominique Mainard

___

challengeinthemoodforjapan.jpg

Challenge In the Mood for Japan, organisé par Choco

- La lézard noir, par Rampo Edogawa

- Les grands détectives n’ont pas froid aux yeux, par Kyotaro Nishimura

- *titre à déterminer*
___

englishclassicsmaxicopie1.jpg

Challenge English Classics organisé par Karine:)

- Frères et soeurs, par Ivy Compton-Burnett,

- Nord et Sud, par Elizabeth Gaskell,

- Tess d’Uberville, par Thomas Hardy,

- L’amant de Lady Chatterley, par D.H. Lawrence,

- Mrs Dalloway, par Virginia Woolf,

- La promenade du phare, par Virginia Woolf,

- La fascination de l’étang, par Virginia Woolf,

___ 

46387908m.jpg

Défi Littérature policière des cinq continents organisé par Catherine (blog du challenge).

- Les soldats de l’aube, par Deon Meyer (Afrique du Sud)

- L’assassin aux fleurs, par Ngaio Marsh (Nouvelle-Zélande)

- Le lézard noir, d’Edogawa Ranpo (Japon)

- Echo Park, par Michael Connelly (Etats-Unis)

- Gentlemen, de Klas Ostergren (Suède)

___

psychoseblog1.jpg

Challenge Serial Killer organisé par Alcapone

- Echo Park, par Michael Connelly

- Un tueur si proche, par Ann Rule

___

50940262p.jpg53581473p.jpg

Challenge Destination… organisé par Evertkhorus

- Foxybaby, par Elisabeth Jolley (Australie)

- *titre à déterminer* (Afrique du Sud).

___

theedithwhartonschallenge.jpg

Challenge Edith Wharton organisé par Plaisirs à cultiver

- Les New-Yorkaises, par Edith Warton

- Eté, par Edith Wharton

- Les Boucanières, par Edith Wharton

___

challengegeorgesand1.jpg

Challenge George Sand, organisé par George

- George Sand ou Le scandale de la liberté, par Jospeh Barry 

- Un hiver à Majorque, par George Sand

- Pauline, par George Sand

- *titres à déterminer*

___

europe2.bmp

Challenge Europe Centrale et Orientale, organisé par La Plume et la page

- Le brave soldat Chvéïk, par Jaroslav Hasek (République Tchèque)

- Un train pour Trieste, par Domnica Radulescu (Roumanie)

- Le grand cahier – La preuve – Le troisième mensonge, par Agota Kristov (France-Hongrie)

___

 sanstitre1.bmp

Challenge Bienvenue en Inde organisé par Soukee et Hilde.

- La solitude lumineuse, par Pablo Neruda

- Un enfant de la balle, par John Irving

- Un nom pour un autre, par Jhumpa Lahiri

Aux bords du Gange et autres nouvelles, par Rabindranath Tagore

___

challengeichliebezweig.jpg

Challenge Ich Liebe Zweig organisé par Caro[line] et Karine:)

- Balzac, Le roman de sa vie, par Stefan Zweig

- Le joueur d’échec, par Stefan Zweig

- Vingt-quatre heures dans la vie d’une femme, par Stefan Zweig

- Amok, par Stefan Zweig

- Un mariage à Lyon, par Stefan Zweig

- Marie-Antoinette, par Stefan Zweig

___

sanstitre.bmp

Challenge Safari littéraire organisé par Tiphanya.

- Mêlée ouverte au Zoulouland, par Tom Sharpe

- Poèmes perdus, par Léopold Sédar Senghor

- Outrage public à la pudeur, par Tom Sharpe

- Black Bazar, Alain Mabankou

___

challengecaprice.jpg

Challenge Caprice organisé par Cocola

- Mort à la Fenice, par Donna Leon

___

 

llqyszoagk.jpg

Challenge Les livres que l’on ne s’imaginait pas lire, organisé par Lexounet

- Madame Marguerite, par Roberto Athayade

- Nana, par Emile Zola

___

challengechristopherewan.jpg

Challenge Ewan vs Christopher organisé par Cryssilda

- Dina, par Ole Bornedal (film)

- Une vie moins ordinaire, par Danny Boyle (film).

___

 

emmamontageheroine12.jpg

Challenge On veut de l’héroïne organisé par Emma et ici-même.

- Junk, par Melvin Burgess

- Dirty week-end, par Helen Zahavi

- Sister Carrie, par Theodore Dreiser

- King-Kong théorie, par Virginie Despentes

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Un train pour Trieste, de Domnica Radulescu

9782714444608.gif

Un train pour Trieste, ou la vie de Mona, née à Bucarest sous la dictature, des années 60-70 jusqu’à nos jours. Bien que l’auteur s’en défende, difficile de ne pas y voir un fort caractère autobiographique, tant le récit respire le vécu et les parallèles sont nombreux.

Adolescente, Mona tombe dans les bras de Mihai ; il faut dire qu’elle a terriblement besoin de légèreté. Parce que Mona vit de plein fouet la chape qui plombe la Roumanie et qui s’accentue lorsque Ceaucescu arrive au pouvoir. Parce son quotidien, c’est parfois la faim et très souvent la peur – en particulier pour son père, intellectuel et résistant de l’ombre. Et puisqu’il faut se méfier de tout le monde, pourquoi pas de Mihai ?

Un jour qu’elle se moque du « Guide bien aimé », il la rabroue. « Dois-je l’embrasser ou le gifler ? Il plaisante, me dis-je avec fermeté. La preuve ? Il écoute Ella Fitzgerald et les Beatles. Je peux lui faire confiance. Je peux l’aimer. J’entends un train siffler« .

Il est question d’une histoire d’amour certes : mais elle est surtout (me semble-t-il) un prétexte. Pour raconter la terreur, l’angoisse, les démons qui nous poursuivent s’ils ne sont pas affrontés un jour ou l’autre. La romance est aussi ce par quoi la véritable trame du roman prend corps : le train pour Trieste, celui qui permettra de fuir, fuir la faim, fuir la peur, fuir les blousons noirs qui viennent tabasser votre famille à l’heure du coucher. Et de construire enfin sa vie, qui sait… mais sur quelles bases ?

En vérité, il y a longtemps que j’aurai du vous parler du récit de Domnica Radulescu. Mais ce livre a vraiment quelque chose de particulier. Il n’est même pas passé par la salle d’attente de ma bibliothèque : à peine ouvert pour le feuilleter que j’avais déjà avalé une cinquantaine de pages. C’est dire son pouvoir d’attraction et l’interêt que j’ai porté à cette histoire. Sans oublier la clarté de son style, simple et sans prétention.

Je m’aperçois que ma présentation n’est certainement pas des plus alléchantes – et pourtant ! Ce fut un immense plaisir de lecture. Et l’aveu me coûte, mais je tiens à être sincère jusqu’au bout : j’ai même versé quelques larmes sur la fin. Et je suis bien embêtée de ne pas pouvoir expliquer plus en avant ce moment d’égarement.

Une lecture recommandée les yeux fermés à ceux qui aiment les destins de femme, l’Histoire - en particulier des pays de l’Est -, les histoires d’amour impossible, les histoires de famille (un quasi-témoignage passionant pour ceux qui s’interessent à la psycho-généalogie), les bios même romancées, les récits de clandestinité ou de déracinés… bref, à tout le monde en fait !

Juste une chose : heureusement que je n’ai pas pris le temps de regarder le quatrième de couverture, qui révèle trop de choses selon moi. Ce n’est certes pas un livre à suspens, mais il mérite vraiment d’être approché au rythme voulu par l’auteur, ou du moins à sa manière.

L’avis de Catherine que je remercie vivement pour m’avoir donné envie de lire ce livre.

europe.bmp

Lu dans le cadre du challenge Europe Centrale et Orientale organisé par La Plume et la page - La Roumanie est donc la deuxième étape de mon voyage après la République Tchèque.

Bonne plock à tous !

Un train pour Trieste (Train to Trieste), par Domnica Radulecu (2008), traduit de l’anglais par Karine Reignier, aux éditions Belfond (2010), 360 p., ISBN 978-2-7144-4460-8. 

 

Challenge, quand tu nous tiens… tu nous tiens !

Noter pour plus tard : se souvenir qu’un billet sur les challenges en appelle d’autres.

D’autres billets (ce qui devait être un édit du précédent s’est transformé en nouveau billet parce qu’au delà de 10 lignes… bref) et d’autres challenges. Oui, j’ai encore craqué, c’est promis demain j’arrête. En attendant, j’ai toujours les 5 bons numéros, et voici donc les 2 étoiles de la chance (oui, oui, je n’oublie pas de retrouver la foi le vendredi soir parfois).

D’abord, je n’ai pas pu m’empêcher de jeter un oeil au Challenge Oates organisé par George Sand (merci à Keisha la tentatrice !). Et il est arrivé ce qui devait arriver. Je commence en douceur avec Délicieuses Pourritures – un titre affriolant s’il en est, qui m’a fait du gringue, j’vous raconte pas (enfin si, j’vous raconterai, mais plus tard).

oateschallenge.jpg

 

Ensuite, le dénouement du challenge Caprice organisé  par Cocola’s est arrivé ! Et Chocolatée (sans blog) qui m’a réservé un polar rien que pour moi… comment a-t-elle pu deviner que ça commençait tout juste à me manquer ? Ce sera donc Mort à la Fenice, par Donna Leon. Quoi, des patchs et gommes anti-challenge ? Malheur ! Et pourquoi pas anti-lecture pendant qu’vous y êtes ?!

 challengecaprice.jpg

Allez, puisque j’ai commencé à saouler la blogosphère entière avé mes défis perso, autant tout déballer.

D’abord dire que mes lectures sont décidées pour le challenge Bienvenue en Inde. Ce sera donc Un enfant de la balle, par John Irving (un Irving que je n’ai pas lu ! Je salive déjà) et Un nom pour un autre de Jhumpa Lahiri. Il y a aussi eu pour commencer du NerudaSoit des écrivains du continent américain pour une intrigue située en Inde… et vice-versa. Donc on devrait peut-être ré-intituler le challenge « Bienvenue en Inde… en passant par les Amériques » juste pour moi. Sorry Soukee ! Sorry Hilde ! Pickwick a parfois des raisons que la raison a justement renié. 

Ensuite, avouer qu’encouragée par la lecture du Brave Soldat Chvéïk, je ne vais pas lésiner pour le challenge Europe centrale et Orientale. Bon, j’ai effectivement cédé devant un auteur roumain, Panaït Istrati, un tout petit livre tout petit tout petit… Et p’tet aussi un titre d’Andrei Kourkov, parce que j’avais adoré Le Pinguin en son temps et que le billet de La plume et la page m’a rappelé à ces bons souvenir… Et p’tet aussi du Kafka parce que ça fait longtemps… ah ! Retenez moi, mais retenez moi, j’vous dis !

Enfin, annoncer une bonne et une mauvaise nouvelle. Le Lion est mort ce soir. Non, je ne l’ai pas retrouvé dans la jungle de ma bibliothèque pour le challenge Safari littéraire de Tiphanya… mais je sais par quoi le remplacer ! J’ai dans ma PAL – oui, ma PAL, ma chère PAL, vous vous souvenez ? - du Tom Sharpe situé en Afrique du Sud, soit Mêlée ouverte au Zoulouland et Outrage public à la Pudeur. En plein désarroi, au moins, j’ai eu un éclair – comme quoi tout finit par arriver. Mais pourquoi n’y avais-je pas pensé plus tôt ?

Noter pour plus tard : se souvenir de penser plus tôt.

Bonne plock à tous !

PS : je n’oublie pas les jolis logos chers organisateurs ! Comme vous pouvez le voir avec les Swaps (là juste à droite… non l’autre droite… sont-y pas beaux Sir Holmes and Lady Swat ?), je commence à me familiariser avec l’autre côté du miroir du blog. Mais certains logos présentent pour moi un problème de taille… leur taille justement. Dès que je parviens à régler ça, ils viendront illuminer les coins obscurs de ce blog. Et là, ce sera Noël à Pâques !

Le brave soldat Chveik, par Jaroslav Hasek

29090.jpg

Le soldat Chvéïk est aujourd’hui célèbrissime en Europe centrale. Il est un peu à la République Tchèque ce que Mr Hulot est à la France, Mr Bean au Royaume Uni ou Pac Man aux jeux vidéo : un personnage emblématique et salutaire.

Prague, 1914. Un archiduc vient d’être assassiné à Sarajevo, et la guerre est inévitable. Le récit commence donc sur des évènements graves qui pourraient laisser augurer d’un roman bien sombre… Que nenni ! C’était sans compter sur ce brave Chvéïk, nigaud patenté et fervent patriote, qui va – à son insu - transformer le funèste épisode de l’entrée en guerre en une superbe bouffonnerie. Ses pérégrinations, dans un monde que Kafka n’aurait certainement pas renié, sont l’occasion de moquer à qui mieux mieux la police, les médecins, l’église et bien sûr l’armée.

Le grotesque et la satire (qui valent à ce personnage d’être éternellement comparé à Don Quichotte) naît certainement du décalage entre le comportement du bonhomme et la situation à laquelle il est confronté. Chvéïk veut à tout prix défendre l’honneur impérial ; pourtant, il va risquer successivement une condamnation pour haute trahison, l’internement, la prison, quand il n’est pas considéré comme un simulateur souhaitant être réformé !

La bêtise de Chvéïk en fait surtout un succulent pince-sans-rire. A l’épouse du cafetier emmené, il répond : « c’est la première fois que je vois condamner un homme innocent à dix ans de prison. Cinq ans passent encore, mais dix, c’est un peu fort de café » (chapitre VI). Et à l’aumônier déprimé par le manque de ferveur religieuse parmi les soldats, « il y avait dans le temps un curé doyen qui, après que sa vieille gouvernante a eu décampé en emportant leur gosse et leur argent, a pris seulement une femme de ménage » (chapitre XII). Un humour très efficace… un temps du moins.

La première partie m’a totalement enthousiasmé. Comme un mélange du Procès (à qui les premiers évènements – les arrestations arbitraires, l’asile, le centre de santé militaire - font indéniablement penser) et du Dîner de cons – sans le dîner.

Arrivé au milieu du récit, une certaine lassitude s’est cependant installée. Le propos de Jaroslav Hasek est toujours aussi acerbe, mais j’ai dû finir par m’accommoder d’un humour un poil redondant. Attention, cette réserve est sommes toute très anecdotique ! J’espère ne vous fera pas renoncer à plonger dans ce livre qui le mérite amplement…

D’ailleurs, une adaptation ciné est visible sur … mais seulement en langue allemande. Après, sans y être familiarisé, j’ai pris grand plaisir à regarder quelques séquences, qui ne sont pas sans rappeler Bourvil ou Charlie Chaplin… avis aux amateurs !

Lu dans le cadre du Challenge Europe Centrale et Orientale

europe1.bmp

organisé par La Plume et la Page

Bonne plock à tous !

Edit : je découvre que le récit est dit inachevé sur Wiki (attention au spoiler d’ailleurs). Je rassure, cela ne se sent pas vraiment à la lecture, le dernier chapitre s’intitulant d’ailleurs  »Catastrophe » et constituant, de facto, une très jolie chute !

Le brave soldat Chvéïk (Dobrý voják Švejk), par Jaroslav Hasek (1921-1923), traduit du tchèque par Henry Horejsi, aux éditions Gallimard (1932), 249 p.

Challenge, quand tu nous tiens…

Bonjour, je m’appelle Pickwick et je suis challengolique. Je suis aujourd’hui devant vous car, pas plus tard qu’hier, j‘ai encore craqué… Ben vi, qu’est-ce que vous voulez, je dis non avec ma tête (enfin, plutôt devant ma PAL qui montre les crocs) mais je dis oui avec mon coeur.

Sur ce, je me suis dis qu’il était grand temps de publier un billet sous forme d’hommage, pour saluer ces très chouettes initiatives et remercier tous ceux qui m’ont embarqué dans ces folles aventures (avec mon consentement libre et éclairé, du moins autant que faire se peut). 

Donc, avant de vous réveler la teneur de ce dernier challenge, et pour vous faire saliver un peu, permettez-moi de vous raconter toute l’histoire.

Parce qu’il faut toujours commencer en douceur, il y eu d’abord un Bébé-Challenge : Ich liebe Zweig organisé par Karine:) et Caro[line]. Avec d’abord Le Joueur d’échec (mon premier billet dans un challenge ! Notez la séquence émotion). Avec ensuite la biographie de Balzac (que je viens de recevoir d’ailleurs, merci facteur !).

Ensuite, c’est le Challenge Safari de Tiphanya qui m’a tapé dans l’oeil. J’ai déjà lu les Poèmes perdus de Léopold Sédar Senghor (un billet sur un recueil de poèmes ? Tu es bien plus attaqué que ce que je pensais mon bon Pickwick !). Et il me reste à lire Le Lion de Joseph Kessel… si je retrouve le bouquin ! Je me lançais l’esprit léger à sa recherche dans mes étagères quand arriva le drame : plus de Kessel, pfff, disparu. Remarquez mon chat y serait pour quelque chose que cela ne m’étonnerai pas, jaloux comme il est, un lion, pas de ça chez lui, pensez donc.

Et puis ce fut l’engrenage… oui, je l’avoue, j’ai cédé devant le super défi de Lexounet : « Lire des livres que l’on imaginait pas lire » : en voilà une idée qu’elle est bonne ! Un défi bien tordu, un rien pervers même, mais sur fond de partage et de découverte… il avait tout pour me plaire celui là ! Au programme, du théâtre (Madame Marguerite) et un classique français du XIXe (Nana d’Emile Zola). Quel courage quand même.

Enfin, totalement grisée par ces nouvelles expériences, je me lançais comme un bienheureux dans le Challenge Europe Centrale et Orientale. Comment La plume et la page, comment aurai-je pu résister alors que la trilogie d’Agota Kristof (Le grand cahierLa PreuveLe Troisième mensonge) est dans ma bibliothèque ? Et que l’on vient de me prêter Le brave soldat Chveik ? Hein, comment ?

Alors alors ? Et ce nouveau challenge ? Ben il s’appelle Bienvenue en Inde, il est organisé par Hilde et Soukee, et il consiste à se plonger dans la littérature… indienne of course. Un livre minimum… allez, c’est à notre portée, viendez viendez ! Et si on accompagne tout cela de cuisine et de films indiens, c’est encore mieux. Pour l’instant, j’hésite encore sur le premier titre ; tous les conseils sont donc évidemment les bienvenus !

Et pour finir de vous convaincre, regardez moi ce beau logo !

sanstitre2.bmp

Bonne plock à tous !

 

ARCHIMONDAIN |
Des mots, ici et là |
Voyage au coeur du vide... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the dead rose poet creations
| Ce que j'aime!
| Il mondo della poesia