Swap Holmes : le dénouement !

 

Le Professeur Moriarty et le colonel Moran doivent trembler… car voici l’heure de déballer les colis du Swap Holmes !

holmes.bmp

Aidée de mon fidèle Watson inspecteur Harry, me voici partie à la quête aux indices. La loupe chère aux détectives ne sera pas nécessaire, puisque j’ai – enfin ! – trouvé un système pour agrandir les photos d’un petit clic.

photo0398.jpg   photo0399.jpg   photo0403.jpg

Premier indice : des lectures de premier choix ! Des polars historiques, l’une de mes lectures favorites !

photo0408.jpg

Je vais donc me lancer sur les traces d’une disparition avec la petite soeur de Sherlock (Les enquêtes d’Elona Holmes – La nuit de la disparition, par Nancy Springer), puis m’enivrer de La danse des illusions (par Brigitte Aubert) et finir dans La chambre mortuaire (par Jean-Luc Bizien) !

photo0409.jpg   photo0411.jpg   photo0410.jpg (Un p’tit clic !)

Mais mon enquête ne s’arrête pas là ! J’ai également reçus des livrets originaux : deux « fascicules » (un pas joli nom pour de si jolies choses !), deux enquêtes d’Harry Dickson, « le Sherlock Holmes américain », signées Robert Darnel : La treizième face du crime et Le Ministère du Grand Nocturne.

photo0437.jpg  Le coupable a meme signé son crime ! Génial !

Forte de ce premier pas décisif, il me faut reprendre des forces. Et ça tombe bien, c’est l’heure des gourmandises !

photo0413.jpg

Ma swappeuse a vraiment fait le bon choix ! Je me suis (déjà !) régalée avec ces produits  originaux : des petits salés « Michel et Augustin » (au parmesan et graines de moutarde, piment et oignons grillés, thym et baies roses, hummm…) et des navettes aux pépites de chocolat, une vraie « cure gourmande », ça oui ! Des saveurs fines et rares que j’ai découvert avec bonheur !

Mais il est grand temps d’avancer encore un peu dans mon enquête – et au beau milieu des objets, je vais faire une découverte décisive…

photo0416.jpg

La piste se précise : ma swappeuse est complètement déjantée ! Un mug  très classe à l’effigie de notre héros du jour, un marque-page québécois (visible sur la photo d’ensemble) et… oui, elle a osé ! Des sels de bain et des seringues pour un attirail que Holmes n’aurait – malheureusement – pas renié ! (merci ma swappeuse, car les Pickwick partent ce we en amoureux dans un petit hôtel cosy et dôté – j’ai vérifié – d’une baignoire… héhé !)

C’est sûr : une swappeuse avec un tel grain de folie, cela ne pouvait être… qu’Emma, l’une des organisatrices de ce swap holmésien !

Encore un énorme MERCI à toi pour ce colis haut en couleur !

J’ai glapi, crié, savouré, explosé de rire… bref : a-do-ré !!

Et maintenant, je vais trembler devant tant de suspens… brrrrr !

photo0404.jpg

Un grand MERCI aux organisatrices du Swap Holmes Fashion et Emma !

Et pour ma part, j’étais ravie de swapper une éminente holmésienne : La plume et la page !

Bonne plock à tous !



Duel en enfer – Sherlock Holmes contre Jack l’Eventreur, par Bob Garcia

9782290018880cb.jpg 

Ce fut un plaisir de recevoir le dernier livre de Bob Garcia, Duel en enfer, Sherlock Holmes contre Jack l’éventreur, pour mon premier partenariat organisé par Livraddict. Et ce fut également un plaisir à la lecture !

Comme le veut l’usage, d’abord le résumé fourni par le quatrième de couverture : « Londres, été 1888. Sous le poids d’une chaleur suffocante, la ville est saisie d’horreur par les premiers meurtres de celui qu’on nommera bientôt « Jack l’Éventreur ». Pourtant, aucune enquête du célèbre Sherlock Holmes ne mentionne le plus fameuse affaire criminelle qui a agité ses contemporains. Bien des années plus tard, le docteur Watson confia à son éditeur le journal de l’investigation qu’il mena aux côtés du détective sur l’insaisissable tueur en série. Une terrible plongé dans l’enfer des bas-fonds londoniens, sur les pas du meurtrier le plus sanguinaire et le plus énigmatique que l’Angleterre ait connu« .

Ce n’est pas peu dire que j’attendais l’auteur au tournant. Mettre ses pas dans les pas de Conan Doyle, rien que ça ! D’autant que Bob Garcia reprend toutes les ficelles originelles, à commencer par le point de vue, puisque l’histoire nous est contée par ce fidèle Docteur Watson. L’entrée en matière est plutôt classique - un journal inédit concédé à un éditeur à la mort du détective - but why not ? Plus largement, l’auteur reprend l’essentiel des clés qui ont fait le succès de Sherlock Holmes. Si ce n’est pas toujours finement amené, je n’ai pas pu m’empêcher de penser qu’il ne pouvait que difficilement faire autrement…

J’avais donc placé haut mon degré d’exigence ; or, malgré certaines réserves, j’ai plongé dans l’intrigue sans me retourner et avalé ce polar d’une traite. Impossible de m’en décrocher avant de l’avoir terminé. Et de me demander alors : y’a-t-il un meilleur signe pour reconnaître un bon polar ?

Alors, soyons tout à fait honnête, il est certaines choses qui m’ont un peu dérangé. D’abord, le glauque à outrance : les bas fonds de Londres, la prostitution, la misère humaine… tout cela m’a semblé très racoleur. Ensuite, les angoisses existentielles et autres déboires sentimentaux de Watson, qui n’apportent pas grand chose au récit - voire qui le parasitent parfois.

Et surtout, l’impression d’une construction un poil bancale : l’enquête n’avance pas des masses pendant une bonne partie du récit, pour se précipiter ensuite. Les maigres indices et les pistes vagues ne permettaient pas de se faire la moindre idée du dénouement. Certains apprécieront peut-être… j’ai pour ma part vraiment regretté de ne pas pouvoir échaffauder le moindre début de commencement d’une petite hypothèse, ce que j’aime par dessus tout avec les polars !

Malgré tout, ça a bigrement bien marché. Pourquoi, comment ? Je me l’explique mal… A la réflexion, je crois que mon léger agacement a été très largement compensé. D’une part, par l’action : si l’enquête s’enlise, ce n’est pas faute, pour Holmes et Watson, de se démener. Les interrogatoires, les filatures, les poursuites, les confrontations… tout cela donne énormément de rythme au récit. D’autre part, par l’ambiance : Bob Garcia a su dépeindre une atmosphère et offre un récit très imagé. J’ai voyagé en fiacre, foulé le pavé humide, erré dans le brouillard londonien à la nuit tombée… 

Enfin, j’ai totalement adhéré au dénouement, surprenant mais convaincant. Et, cerise sur le gâteau : la postface de l’auteur, entre fiction et réalité, qui pourrait ne pas plaire à tout le monde… et c’est justement ce qui m’a plu !

Je remercie donc les éditions jailu.jpget la Team de 47286519 pour cette lecture très plaisante !

Alicia a partagé mon enthousiasme, La liseuse également, mais Matilda et Soukee beaucoup, beaucoup, moins !

A noter : Bob Garcia sera présent au festival Quais du polar !

Bonne plock à tous !

Duel en enfer – Sherlock Holmes contre Jack L’Eventreur, par Bob Garcia (2008), aux éditions J’ai Lu, 667 p., ISBN : 978-2-290-01888-0.



ARCHIMONDAIN |
Des mots, ici et là |
Voyage au coeur du vide... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the dead rose poet creations
| Ce que j'aime!
| Il mondo della poesia