Robe de marié, par Pierre Lemaitre

  En haut de la pile « Elle a appris à se méfier d’elle-même. C’est peut-être même ce qu’elle fait de mieux« 

Il est des révélations faites par le quatrième de couverture… à éviter donc (même en cours de lecture !).

Sophie semble perdre la tête, perdre la mémoire, perdre pied. Ce sont d’abord des objets disparus ou déplacés, des rendez-vous annulés, des fichiers perdus ; ce sont aussi des absences, une apathie et de mystérieux malaises qu’elle ne s’explique pas ; jusqu’à  l’irréparable : des meurtres, dont tout semble indiquer qu’elle en est l’auteur et dont elle n’a pourtant aucun souvenir. Sophie ne voit alors qu’une issue : disparaître, changer de nom, changer de vie. Mais cela suffira-t-il pour en réchapper ? Rien n’est moins sûr…    

Quelle intrigue, mais quelle intrigue ! Robe de marié repose sur un scénario extrêmement bien pensé et d’une perversité stupéfiante. L’histoire de Sophie n’a pas fini de surprendre :  rebondissements, révélations, retournements de situation… et pourtant, le fil conducteur de ce thriller est parfaitement maîtrisé. Les quelques indices semés par-ci par-là permettent de deviner une partie des événements, tout en réservant de belles surprises – le genre de dosage dont je raffole, lorsque les intuitions se confirment et où les zones d’ombre s’éclaircissent en temps utile.

Une intrigue bigrement bien pensée donc, mais qui, au vu de sa qualité justement,  aurait certainement mérité un meilleur traitement à mon sens… Car pour le reste,  on repassera : l’ambiance est inexistante, le style quelconque et certaines imprécisions dommageables. Il est également des facilités, notamment dans le déroulement de la fuite de Sophie, sur lesquelles il faut rapidement passer pour ne pas tiquer (ici, on est loin du magistral Orages Ordinaires de William Boyd, thriller également construit sur la fuite d’un personnage en zone urbaine).  

« Elle s’est redressée sur un coude. Elle s’essuie les yeux avec le drap en cherchant ses cigarettes à tâtons et ne les trouvant pas, elle réalise brusquement où elle est. Tout lui revient, les événements de la veille, la soirée… Elle se souvient instantanément qu’il faut partir, quitter cette maison. Se lever et partir, mais elle reste là, clouée au lit, incapable du moindre geste. Épuisée« .

Robe de marié reste un thriller d’une ingéniosité époustouflante, mais dont il ne faut pas attendre davantage, en particulier sur le plan littéraire… comme un diamant brut de scénario, malheureusement mal ou insuffisamment taillé.

L’avis de L’Ogresse avec qui nous avons fait lecture commune ! Tout frais également, l’avis d’Amanda. Et un grand merci à Bouma pour m’avoir offert ce polar à l’occasion du Swap Fait moi plaisiiiiir !

Bonne plock à tous !

Robe de marié, par Pierre Lemaitre (2009), aux éditions Livre de poche (2010), 314 p., ISBN 978-2-253-12060-5.



ARCHIMONDAIN |
Des mots, ici et là |
Voyage au coeur du vide... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the dead rose poet creations
| Ce que j'aime!
| Il mondo della poesia