La Trilogie Berlinoise, par Philip Kerr

kerr.jpeg « N’est-ce pas exactement comme ça que Hitler a été élu ? A cause de gens qui se fichait de savoir par qui serait dirigé le pays ?« 

« Publiés pour la première fois entre 1989 et 1991, L’Eté de cristal, La Pâle figure et Un requiem allemand ont pour toile de fond le IIIe Reich à son apogée et, après la défaite, l’Allemagne en ruine de 1947. Bernie Gunther, ex-commissaire de la police berlinoise, est devenu détective privé. Désabusé et courageux, perspicace et insolent, Bernie est à l’Allemagne nazie ce que Philip Marlowe est à la Californie de la fin des années 30 : un homme solitaire, témoin de son époque. Des rues de Berlin « nettoyées » pour offrir une image idyllique aux visiteurs des Jeux olympiques à celle de Vienne la corrompue, Bernie enquête au milieu d’actrices et de prostituées, de psychiatres et de banquiers, de producteurs de cinéma et de publicitaires. La différence avec un film noir d’Hollywood, c’est que les principaux protagonistes s’appellent Heydrich, Himmler et Goering… »

Un polar historico-humoristique sur fond de nazisme, il fallait oser… Philip Kerr l’a fait – et diablement bien fait en plus ! Certes, non pas sans petits défauts, mais compte-tenu de l’ambition de l’exercice, je passe outre volontiers. Cela faisait bien longtemps qu’un polar ne m’avait autant aspiré, questionné, secoué et, pour cela, je sais que cette série fera date dans mes lectures.

Ce sont pourtant des émotions bien paradoxales que ce polar propose : d’un côté, le cadre, soit l’Allemagne nazie d’avant guerre (pour les deux premiers opus) et d’après guerre (pour le troisième), le cadre donc, fait froid dans le dos – mais je vais y revenir. De l’autre, le personnage principal, un détective effronté, impertinent, à la répartie percutante, qui rend la lecture particulièrement jouissive. Et avec lui la qualité des intrigues, car les enquêtes dans lesquelles il progresse sont toutes très bien ficelées, pleines de suspens et de rebondissements – certes un poil complexes mais toujours intelligibles. 

La cadre est donc omniprésent car il fait partie intégrante des intrigues : les nazis, mais aussi plus tard les russes et les américains, sont le plus souvent parties prenantes à l’enquête. Ils servent ou se servent du détective, le gênent, le traquent, quand ils ne sont pas eux-mêmes mêlés aux crimes qu’il est chargé d’élucider. Un excellent procédé pour ancrer le récit dans son contexte, faire intervenir des personnages historiques et mêler les faits réels à la fiction.

Il est des aspects qui parfois dérangent : d’abord, l’indifférence – initiale – du détective au sort des Juifs à la fin des années 30 ; mais n’est-ce pas l’incarnation de l’allemand moyen ? Ensuite, la violence, les personnages féminins sulfureux et certains passages un peu crus – mais c’est un polar ou roman noir avant tout, et ce Bernie Gunther est un homme à femme qui boit beaucoup, qui fume tout autant, et qui répond ainsi à tous les codes du genre – difficile alors de s’en formaliser.

En revanche, il ne m’a pas dérangé que l’auteur développe certaines thèses a priori marginales. Par exemple, il ne me semble pas plus paradoxal de considérer que les nazis, homophobes, aient pu compter dans leurs rangs des homosexuels, que de songer que ces partisans de l’élimination des infirmes aient été parfois eux-mêmes atteints d’un pied-bot ou convaincus de la supériorité d’un peuple aryen en étant eux mêmes petits, bruns et mal fichus.

« - Connerie de Jeux Olympiques, grogna-t-il. Comme si on avait de l’argent à foutre en l’air (…) A quoi ça rime, j’aimerai bien le savoir ? Nous sommes ce que nous sommes, alors pourquoi prétendre le contraire [*] ? Toute cette mascarade me fout en rogne. Est-ce que vous réalisez qu’on est en train de rafler des putes à Munich et à Hambourg pour renflouer le marché berlinois qui avait été nettoyé à la suite du décret des Pouvoirs d’urgence ? Savez-vous qu’on a à nouveau légalisé le jazz nègre ? Que dites-vous de ça, Gunther ?

- Dire une chose et en faire une autre, c’est typique de notre gouvernement.

- A votre place, je ne crierais pas ce genre de choses sur les toits, fit-il.

- Reinacker, vous le savez très bien : ce que je dis n’a aucune espèce d’importance tant que je peux être utile à votre patron. J’aurai beau être Karl Marx et Moïse personnifiés, il s’en battrait l’oeil si je pouvais lui rendre service« .

[* l'auteur explique par ailleurs comment les nazis "préparèrent" l'arrivée des touristes occidentaux pour les J.O. de 1936, par exemple en nettoyant les rues des discours ouvertement antisémites et en autorisant de nouveau la vente de certains livres alors mis à l'index comme art dégénéré et subversif].

Une lecture tellement mémorable que je n’ai pas pu m’empêcher de foncer sur la suite – La mort entre autres et Une douce flamme, dévorés en quelques jours ! (billet à venir). A compléter peut-être avec d’autres lectures, par exemple sur le sort des victimes, pour les moins avertis.

Un grand merci à l’équipe de 49799387p1.png et aux éditions Livre de poche pour ce partenariat !

Bonne plock à tous !

La Trilogie Berlinoise : L’Eté de cristal – La Pâle figure – Un requiem allemand (Berlin noir : March Violets – The Pale criminal – A German requiem), par Philip Kerr (1989-1990-1991), traduit de l’anglais par Gilles Berton, aux éditions Le Livre de poche (nouvelle édition révisée – 2010), 1016 p., ISBN 978-2-253-12843-4.



21 commentaires

  1. Ys 18 août

    Décidément, cette trilogie enchante les lecteurs. Je note de l’acheter pour la bib. D’ailleurs, j’y ai déjà acheté « La mort, entre autres » : c’est la suite ?

  2. Anne Sophie 18 août

    il est dans ma PAl :)

  3. Pickwick 18 août

    @ Ys : oui, « La mort, entre autres » est bien la suite, elle-même suivie de « Une douce flamme » – et une nouvelle suite des aventures de Bernie Gunther est prévue pour 2011 : j’ai hâte !

    @ Anne-Sophie : bon choix :D ! Indispensable pour les amateurs d’Histoire et/ou de polars !

  4. Bookine 18 août

    Pour l’instant je m’interdis tout achat lecture…mais, dès que je m’y autorise ce sera pour celui-ci dont je ne lis que de bons échos! merci pour ton billet et ton avis franc, comme toujours

  5. L’Ogresse 18 août

    Apres ce billet, je me dis qu’il faut ABSOLUMENT que tu lises ‘Seul dans Berlin’ !!!

  6. Manu 18 août

    J’avoue que la taille de l’objet m’effraie un peu, du moins parce que je ne suis pas absolument tentée.

  7. clara 18 août

    Je vais la lire mais pas dans l’immédiat … tu m’as convaincue ( une fois de plus)!

  8. Aifelle 18 août

    Je l’ai déjà notée par ailleurs, visiblement c’est une trilogie à ne pas laisser passer.

  9. La Ruelle bleue 18 août

    Alors, ça y est , tu as attaqué Philip Kerr, et par le début ! Tu vas te régaler avec la suite… Moi j’ai fait le contraire, je remonte le courant, et il me reste la trilogie que je garde précieusement de côté pour mieux m’en délecter après de futurs passages à vide dus à des lectures ratées… Une consolation en somme !

  10. sandy 18 août

    J’avais repéré ce livre ! Ton avis me confirme à quel point il semble intéressant mais pour le moment je ne suis pas très « polar ».. ça reviendra !

  11. kathel 18 août

    Avec tous ces avis enthousiastes, je ne peux que le noter !

  12. bambi_slaughter 19 août

    Un coup de coeur pour moi aussi. Je suis très satisfaite qu’un polar et je n’ai pas encore vu de critiques mitigées ou négatives.

  13. Lalou 19 août

    J’ai également participé au partenariat Livraddict, et moi aussi j’ai été totalement conquise.

    Je ne m’autorise pas en ce moment d’achats lecture, mais « La mort, entre autres » et « douce flamme » sont bien haut dans ma LAL…

    Un vrai grand coup de coeur comme on en a peu :)

  14. Kikine 19 août

    « Un polar historico-humoristique sur fond de nazisme, il fallait oser » => il ne m’en faut pas plus pour me tenter !!

  15. Miss Alfie 19 août

    Dans la veine, tu as « Une femme à Berlin » qui est le journal d’une femme dans Berlin entre fin avril et fin juin 1945 et nous avons offert à une copine fan de la ville de Berlin un roman graphique en deux volumes « Berlin » de Jason Lutes.
    Sinon, c’est clair que cette série est extra !

  16. Hathaway 19 août

    Cette trilogie a l’air de bien plaire, je l’ai noté mais j’hésitais encore, à présent je crois que je vais vraiment me laisser tenter!

  17. mango 20 août

    Sans ton billet, j’évitais totalement ces titres! Je me sens irrésistiblement attirée par eux maintenant! C’est malin!

  18. zorane 20 août

    Il est dans mes LAL

  19. Pickwick 20 août

    @ Bookine : si le résumé te tente, je crois vraiment que tu ne seras pas déçue. D’ailleurs, il n’est pas si onéreux en format poche (9€ !). Comment ça je suis une vile tentatrice :D ?

    @ L’Ogresse : je l’ai commandé ce matin avant même d’avoir lu ton billet, les yeux fermés quoi ! Merci pour la référence !

    @ Manu : c’est vrai que la trilogie a un format assez conséquent, mais elle se lit toute seule !

    @ Clara : ce polar vaut vraiment le détour ! A la fois jouissif et bouleversant.

    @ Aifelle : tu as tout compris :D ! Je n’ai pas vu d’avis négatifs jusqu’à maintenant (c’est pour ça que j’ai pris ce partenariat d’ailleurs !)

    @ La Ruelle Bleue : en fait, j’ai lu lu tout il y a plusieurs semaines maintenant ! Et oui, tu as raison de le souligner, les enquêtes peuvent être lues séparément ! « Une Douce flamme » permet de remonter le passé (1932) ce qui donne un point de vue interessant aussi pour commencer !

    @ Sandy : côté polar, cela faisait longtemps que je n’avais pas lu quelque chose d’aussi prenant et surprenant ! L’humour et l’Histoire viennent superbement compléter le récit.

    @ Kathel : une série qui fera date pour moi, j’espère pour toi aussi !

    @ Bambi : cette trilogie est vraiment réussie, et oui, cela ne m’étonne pas, il y en a pour tout les goûts ! Epatant qu’un récit puisse être aussi « complet » !

    @ Lalou : oui, je commence à regretter de ne pas avoir indiqué qu’il s’agit d’un coup de coeur (je ferai certainement un édit !). C’est vrai que les 2 autres opus n’étant pas sortis en poche, ils restent assez onéreux (mais voilà un achat que je ne regrette pas, mais alors pas du tout )

    @ Kikine : alors je crois que tu vas te régaler : c’est à la fois drole, bien construit, instructif et glaçant. Fou !

    @ Miss Alfie : je m’empresse de noter ces titres que je ne connaissais pas du tout, en particulier « UNe feme à Berlin ». Merci beaucoup ! Il reste difficile de lire sur un autre thème après tout ça ! « Le barbier et le nazi » de Hilsenrath sera certainement aussi dans mes prochains achats !

    @ Hathaway : si le résumé te tente, tu peux y aller : je n’ai vu aucune déception à ce jour avec cette lecture ! Vraiment une réussite.

    @ Mango : hé hé :D ! Dire que je ne culpabilise même pas ! Je crois que tu vas te régaler, vraiment !

    @ Zorane : très bon choix :D !

  20. yoshi73 24 août

    Je n’avais pas entendu parler de cette trilogie mais ton enthousiasme me donne bien envie de faire ma curieuse!

  21. Luna 1 août

    La trilogie berlinoise est une très belle surprise pour moi : c’est ce à quoi je m’attendais, mais en beaucoup, beaucoup mieux…

    J’ai adoré l’ambiance du livre : le trait n’est pas forcé, je trouve ça vraiment très agréable !

    J’ai très envie de découvrir d’autres livres de Philip Kerr :)

Laisser un commentaire

ARCHIMONDAIN |
Des mots, ici et là |
Voyage au coeur du vide... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the dead rose poet creations
| Ce que j'aime!
| Il mondo della poesia