Pour vous, par Dominique Mainard

97820704172851.gif « Parce que c’est mon métier de rendre les gens heureux« 

Delphine tient une boutique pas comme les autres. « Pour Vous », l’agence de tous les possibles, offre les prestations les plus incroyables ou les plus indécentes, à la limite du tolérable, borderline avec la loi et l’éthique. Jouer une petite-fille de substitution pour un grand-père sénile, offrir un enfant à la location pour des parents stériles, devenir l’accompagnatrice d’un adolescent autiste – et j’en passe. Peu importe pour Delphine qui ne vit que pour son entreprise, soucieuse avant tout de la satisfaction des clients et obsédée de la facturation. Jusqu’à ce qu’un client vienne perturber cette mécanique bien huilée…

Voilà un personnage comme l’on en rencontre rarement et qui va me hanter encore longtemps : Delphine, la narratrice, n’est ni cruelle, ni gentille, ni même dévouée ou manipulatrice. Elle répond à un besoin au sens économique du terme, atteinte, il est vrai, d’une insensibilité troublante, limite inquiétante. Pas de faux-semblants, pas de rapports tronqués et équivoques. Un personnage certainement dérangeant pour une lecture qui ne m’a pas laissée indifférente !

Une histoire originale servie par une belle écriture. La plume de Dominique Mainard m’a semblé en résonance avec le récit : distante, subtile ou directe à bon escient, elle permet de sonder plus encore les ressorts de ce personnage. Les factures qui viennent parfois clore les chapitres sont particulièrement glaçantes… Une lecture qui m’a inspiré des sentiments multiples, tour à tour admirative, révoltée, émue, et souvent estomaquée par la philosophie de vie – appelons là comme cela – de Delphine.

Quelques petits bémols toutefois : d’abord, si le récit est bien construit, c’est qu’il est à mon sens trop « centré », au sens où l’auteur a orienté son récit sur certains personnages au détriment d’autres, tout aussi intrigants à mon sens. Ensuite, si l’auteur a fait évoluer ses personnages avec intelligence, c’est finalement dans une direction à laquelle j’ai peu  adhéré (ellipse peu claire… pour ne pas trop en dire ! Mais ceci est très personnel, et la tournure des évènements a plu et plaira encore certainement à d’autres !). Enfin, le dénouement m’a semblé un rien décevant… Mais cela ne m’empêche pas de garder un bon souvenir de cette lecture forte et de suivre de plus près cette auteur à l’avenir !

« Je ne sais pas s’il est vrai que je devrais avoir honte de ce que je fais. Je ne sais pas s’il est vrai que je n’ai pas la moindre idée de ce qu’est la réalité, comme on me l’a reproché parfois ; on m’a traité de marchande de rêve, et c’était indifféremment un compliment ou la pire des injures. Aux yeux de mes clients, je suis quelqu’un qui console et soigne ou qui vend la plus toxique des drogues. Mais la vie m’a appris qu’il n’y a rien de moins réel que ce qu’on nomme la réalité et qu’une mort, une trahison, une souffrance cessent d’exister du moment qu’on arrive à s’en distraire« .

Un grand merci à Clara d’avoir chaudement recommandé ce roman ! Vous pouvez lire son avis ici, ainsi que ceux de L’Ogresse (qui a reproduit l’une de ces fameuses factures !),  Brize, Stephie, Cuné et Cathulu (convaincues), Amanda et Yoshi (plus mitigées). D’autres avis encore recensés chez BOB

Lu dans le cadre du challenge Littérature au féminin organisé par Littérama.

challengelitterama.jpg

Bonne plock à tous !

Pour Vous, par Dominique Mainard (2008), aux éditions Folio, Prix des libraires (2009), 306 p., ISBN 978-2-07-041728-5.



22 commentaires

  1. Lilibook 12 juillet

    Le thème est original.

  2. Manu 12 juillet

    Toujours pas trop intéressée mais de manière moins catégorique (aïe aïe aïe)

  3. clara 12 juillet

    Je suis une fan de Dominique Mainard!

  4. Delphine 12 juillet

    Je n’avais vraiment pas trop accroché avec ce livre !!

  5. soukee 12 juillet

    J’en ai entendu parler, mais tu n’as pas l’air super enthousiaste… Peut-être que je vais passer mon chemin pour le moment… Ma PAL te dit merci ! ;)

  6. Librivore 12 juillet

    Je trouve ta critique bien argumentée. D’ailleurs je me pose souvent la question en ce qui concerne les fins qui ne me plaisent pas trop (c’est le cas par exemple pour « la solitude des nombres premiers »). Est-ce parce que cela ne me réconforte pas, ne m’apaise pas, ou est-ce que c’est une faiblesse de la construction ? Difficile de répondre. mais cette femme froide qui peu à peu s’ouvre aux émotions ne pouvait peut-être pas trouver l’amour si vite.

  7. Ys 12 juillet

    Je me souviens du récent billet de L’Ogresse qui dit que ce roman lui a donné goût à nouveau à la littérature française. Un bon argument ça, parce que moi aussi je suis un peu fâchée avec…

  8. Pickwick 13 juillet

    @ Lilibook : oui, une histoire assez unique je trouve !

    @ Manu : l’écriture de Dominique Mainard vaut le détour je crois (allez, encore une couche :D !)

    @ Clara : j’ai très envie d’embarquer de nouveau avec elle !

    @ Delphine : tiens tiens, je file voir ton avis, curieuse de voir si l’on a les mêmes bémols !

    @ Soukee : de rien ! Ceci dit, il est aussi des avis très positifs… va jeter un coup d’oeil, mais attention, risque de gonflement de PAL :D !

    @ Librivore : j’aime ta question. Elle me conduit à m’interroger sur le dénouement de ce titre : est-ce seulement une insatisfaction personnelle ? C’est fort possible, d’autant que la fin offre un élément inattendu. Mais j’espérai autre chose, je souhaitais un retournement plus fort ou plus dérangeant… Et oui, tu as parfaitement lu entre les lignes de mon ellipse, la narratrice ne m’a pas totalement convaincu en femme passionnée !

    @ Ys : je me retrouve complètement dans le point de vue de l’Ogresse, ici point d’égocentrisme petit bourgeois. D. Mainard ne fait pas dans la facilité, elle a la plume, mais aussi une histoire forte, dérangeante. Et, point très important pour moi, pas de sentimentalisme mielleux, ahhhh, a fait du bien :D !

  9. zarline 13 juillet

    Comme tu le sais, il a rejoint pas PAL récemment. Les bons sentiments en littéraire m’énervent parfois alors je suis assez curieuse de découvrir ce livre.

  10. L’Ogresse 13 juillet

    Tu aurais aime en savoir plus sur quel(s) personnages ?

    Tu as raison la fin semble un peu tronquee, moi je la vois plutot mysterieuse, comme le personnage centrale.

  11. Pickwick 13 juillet

    @ Zarline : il y a de fortes chances pour que ce livre te plaise alors : ici, c’est plutot l’absence de sentiment qui domine, du moins pendant un temps. Et lorsqu’ils arrivent, ils sont plutot effrénés et jamais niaisouilles !

    @ L’Ogresse : j’aurai aimé que les autres clients soient davantage au centre de l’histoire, notamment les parents stériles, mais aussi, pourquoi pas, voire apparaitre d’autres clients… mais je conçois que c’est aussi prendre le risque de voir l’histoire partir dans tous les sens.
    Et pour etre mystérieuse, la fin est mystérieuse :D ! Là encore, j’attendais (mais le problème vient déjà de là, je me suis créée une attente) un fin plus « violente », plus sordide ou plus bouleversante encore… un éclat dont Delphine aurait pu etre capable… mais c’est idiot de se projeter à ce point finalement !

  12. Reka 13 juillet

    J’ai beaucoup aimé aussi, mais contrairement à toi, je n’ai pas trouvé la fin décevante : c’est plutôt celle-ci qui m’a permis de véritablement l’adorer ! :)

  13. Brize 13 juillet

    Tes propos elliptiques me sont très intelligibles et je te rejoins dans ton appréciation mitigée, par rapport au reste, sur l’orientation choisie par l’auteur. Mais il n’en reste pas moins, là aussi comme pour toi, que ce roman m’a marquée et que j’en garde un très bon souvenir.

  14. Pickwick 13 juillet

    @ Reka : tiens ! J’ignore si c’est ce qui t’a plu, mais je reconnais que cette fin est tout à fait en phase avec l’évolution du personnage, sans pour autant tomber dans le happy end, ouf :D Je devais m’attendre à un dénouement plus dans le retournement et moins dans la continuité, peut-être…

    @ Brize : j’ai trouvé ce personnage si fort et si rare au départ… son évolution la rend moins indépendante, plus humaine en quelque sorte. Restent des thèmes difficiles et polémiques, comme l’euthanasie ou la grossesse pour autrui, magnifiquement évoqués – je n’en ai pas parlé dans mon billet, oups ! – qui rendent cette lecture forte certainement !

  15. yoshi73 14 juillet

    Sans m’avoir totalement déplu, ce roman m’a déstabilisé. je crois que c’est la froideur de Delphine qui m’a mise mal à l’aise!

  16. Tulisquoi 14 juillet

    On est finalement toutes (et tous ?) plus ou moins dérangés par quelque chose dans ce livre.
    Pour moi ça aura été la façon qu’a Delphine de s’ouvrir au monde. Ca me semblait trop rapide, trop facile après ce qu’elle avait vécu.

  17. Pickwick 15 juillet

    @ Yoshi : j’ai rarement vu une héroine si peu sentimentale ou émotive ! Ca m’a tout de suite plu, meme si son insensibilité m’a aussi estomaquée parfois. Et je crois que j’aime etre destabilisée par une lecture :)

    @ Tulisquoi : bien dit – et je suis de celles qui, comme toi, n’ont pas été totalement convaincue par l’évolution du personnage… j’aurai davantage vu un drame qu’une passion naissante :D !

  18. Liyah 15 juillet

    J’ai vraiment envie de le lire celui-là ! Il faut que je me l’achète avant de repartir !!

  19. freude 17 juillet

    On entend beaucoup parlé de cette auteure qui m’intrigue, comme c’est en poche,je tenterai sûrement de la découvrir.

  20. Tulisquoi 18 juillet

    oui, un drame aurait parfaitement cadré avec le reste du livre… de toute façon, je ne suis pas trop happy-end ;)

  21. choco 20 juillet

    Encore un que j’ai noté et que je n’ai toujours pas trouvé le temps d’attaquer… soupir…

  22. Sauna nice 8 mars

    Coucou à tous !
    Bravo pour le site et vos billets.
    C’est un grand plaisir de venir vous lire presques tous les jours.
    Continuez comme cela :-)

Laisser un commentaire

ARCHIMONDAIN |
Des mots, ici et là |
Voyage au coeur du vide... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the dead rose poet creations
| Ce que j'aime!
| Il mondo della poesia