Voyage dans les ténèbres, par Jean Rhys

97820707736951.gif  « A chacun sa ration d’espoir« 

Anne est une jeune femme paumée (encore ! C’est décidément un thème récurrent ici, il va falloir y remédier fissa ! Bref). A la mort de son père, déjà veuf, cette fille de colons quitte ses Antilles natales pour l’Angleterre. Ce « retour au pays » est un déchirement dont elle ne parvient pas à se départir. Lâchée par sa belle-mère et sans grandes ressources, elle vit désormais au jour le jour, pension après pension, verre après verre, mauvaise rencontre après mauvaise rencontre.

Voyage dans les ténèbres m’a fait l’impression d’un anti-conte de fée. Voyez : une jolie petite nana, orpheline bien sûr, affublée d’une marâtre évidemment, qui vit dans le souvenir de son enfance – son âge d’or – et qui cherche un prince charmant… Et patatras. La vie – la vraie quoi ! – la rattrape rapidement.

Anne s’enfonce alors un peu plus chaque jour. Car elle se laisse en grande partie porter par les événements… comme lors de sa première nuit avec Walter – son premier amant, sa première passe.

« Il revint dans la chambre et je l’observai dans la glace. Mon sac était sur la table. Il le prit et mis de l’argent dedans. Avant de le faire, il regarda dans ma direction, mais crut que je ne pouvais le voir. Je me levai dans l’intention de dire « Qu’est-ce que vous êtes en train de faire ? », mais arrivée près de lui, au lieu de dire : « Ne faites pas cela », je dis : « Très bien, si vous voulez – tout ce que vous voudrez, comme vous voudrez » et lui baisai la main.«  

Un sombre roman initiatique qui se déguste rapidement – c’est court – et aisément – quel style ! Une écriture simple (qui dit pourtant beaucoup de choses), froide, distante, mais sans prétention aucune : je suis complètement sous le charme de la plume de Jean Rhys.

Pourtant, il a manqué quelque chose pour totalement me convaincre – et ce quelque chose est certainement de l’ordre de l’intrigue. L’auteur nous invite à investir l’esprit d’une jeune femme introvertie, passive, mélancolique, et qui sombre irrémédiablement dans une forme de dépression. Fatalement, elle finit par ne plus rien pouvoir faire, à peine tirée de sa torpeur par des rencontres hasardeuses et des frénésies d’achat grâce à l’argent de son amant.

La qualité de l’écriture m’a sauvé de l’ennui, mais pas du sentiment d’inachevé – sentiment qui se fait particulièrement criant à la fin du roman. Je ne voulais quitter ni l’auteur, ni son personnage… Il y avait là une belle matière, un style des plus savoureux, un sujet des plus prometteur, mais qui n’a pas été, me semble-t-il, suffisamment exploité ; un peu frustrant finalement ! 

copiedeswap.jpg

Un grand merci à Cécile qui m’a offert ce roman à l’occasion du Lady Swap organisé par Lou et Titine ! Et comme j’ai également offert ce roman à ma swappée, nous avions programmé une lecture commune pour ce Voyage dans les ténèbres : ici l’avis d’Emma.

Au passage, d’autres avis sur Jean Rhys : le billet de Malice sur ce titre (le seul trouvé à ce jour – y’en a-t-il d’autres ?), mais  aussi de Choupynette sur le recueil A septembre, Petronnella, et de Titine sur La Prisonnière des Sargasses (que désormais j’ai très envie de lire, car il semble bien plus consistant !).

Et pour celles et ceux qui aimeraient lire une histoire parallèle (certaines similitudes sont frappantes) mais dans laquelle l’héroïne prend, elle, son destin en main (et ce n’est pas peu dire !), j’ai très envie de suggérer la lecture de Dirty Week-end, d’Helen Zahavi. Une Anne prise de folie furieuse et qui accomplit violemment son destin… ça vaut le détour !

Bonne plock à tous !

    

Voyage dans les ténèbres (Voyage in the Dark), par Jean Rhys (1934), traduit de l’anglais par René Daillié, aux éditions Gallimard – Denoel, collection L’imaginaire (2005), 207 p., ISBN 2-07-077369-8.

 



13 commentaires

  1. Ys 4 juin

    Jamais lu Jean Rhys mais j’ai « Dirty Week End » depuis des lustres dans ma PAL.

  2. L’Ogresse 4 juin

    Ah, un roman moyen – c’est gentil pour ma PAL !

  3. Pickwick 4 juin

    @ Ys : je n’aime pas être directive, mais là… fonce sur Zahavi ! Une lecture coup de poing, inoubliable et infernale !

    @ L’Ogresse : avec plaisir ;) ! Je crois que la « Prisonnière des Sargasses » comblera davantage mes attentes, parce que la plume vaut vraiment le détour !

  4. clara 4 juin

    je note Dirty Week-end !

  5. Kikine 4 juin

    Ahh tu es un peu plus enjouée qu’Emma mais ce n’est pas non plus le coup de coeur … Je persiste et signe : je passe mon tour

  6. Amelie 4 juin

    Malgré tes réserves, je note.
    Et je vais dans le même sens que toi, évidemment, pour Dirty week-end, foncez les gens, foncez! Il t’a vraiment marqué on dirait, contente de te l’avoir fait découvrir.

  7. Manu 5 juin

    Cette romancière ne m’attirait mais vos billets me ont dire que j’ai eu une saine intuition :-D

  8. Lou 5 juin

    Je l’ai dans ma PAL, je vais essayer de l’en sortir rapidement pour voir ce que j’en pense ! Merci beaucoup pour cette lecture et pour nous avoir signalé ton billet (bien pratique :) ) !

  9. Pickwick 6 juin

    @ Clara : oui oui oui !

    @ Kikine : un gros coup de coeur pour l’écriture, mais le récit n’a pas suivi. Pas indispensable !

    @ Amélie : merci à toi ! J’ai beaucoup pensé à Zahavi en lisant ce titre, par contraste évidemment ! « Voyages dans les ténèbres » se lit très vite et reste agréable à lire car encore une fois, quel style… j’espère que tu aimeras autant, sinon bien plus que moi !

    @ Manu : j’ai très envie de tenter « La Prisonnière des Sargasses » quand meme… pour infirmer ou confirmer cette première impression !

    @ Lou : tu verras, il se lit très vite. Je garde le souvenir d’une lecture très agréable, mon seul vrai regret étant la faiblesse de l’intrigue. Je lirai ton billet avec plaisir !

  10. casanova 12 juin

    Tu connais la Mer des Sargasses du même auteur? C’est génial et ça devrait davantage te plaire. C’est le point de vue de Bertha Rochester, et ça donne une toute autre vision de Jane Eyre.

  11. casanova 12 juin

    enfin j’ai un doute sur le titre en français, en anglais c’est « wide sargasso sea »

  12. Pickwick 17 juin

    @ Casanova : c’est certainement La Prisonnière des Sargasses, qui est désormais dans ma LAL – et tu me confirmes dans mon bon préssentiment! Sauf que je n’ai jamais lu Jane Eyre… oups oups oups. Du coup, j’hésite :/

  13. bruno 13 février

    Hi, i have reading out and i will definitely bookmarrk your site, just wanted to say i liked this article.

Laisser un commentaire

ARCHIMONDAIN |
Des mots, ici et là |
Voyage au coeur du vide... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the dead rose poet creations
| Ce que j'aime!
| Il mondo della poesia