Un mariage poids moyen, par John Irving

97820202577701.gif

Un mariage poids moyen, c’est essentiellement le récit d’un drôle de ménage à quatre. Le narrateur est marié à Utch, laquelle est attirée par Severin, lui-même marié à Edith, qui préfère la compagnie du narrateur. Des couples donc, mais qui ne sont peut-être pas ceux que l’on croit – et l’on est rapidement fixé sur la teneur de ces aléas conjugaux. Une idée de départ interessante sur les rapports entre altérité et singularité. « Nous sommes quatre. Il y a quatre versions de ce que nous sommes – et cela ne changera jamais« . 

Chic chic, un Irving ! J’ai ouvert ce livre avec enthousiasme, oui, mais aussi avec circonspection. L’auteur m’a habitué au très très bon (Le Monde selon Garp bien sûr, L’Hôtel New Hampshire, Une prière pour Owen et - mon gros chouchou - L’Oeuvre de Dieu, la part du diable) ou au pas terrible moins bon (Une veuve de papier, L’épopée du buveur d’eau et La quatrième main). 

Un mariage poids moyen vient salutairement bousculer mon manque de nuance. Un livre poids moyen (au sens propre et figuré), une lecture agréable, sans regret – mais non sans bémols.

Un mariage poids moyen, c’est du Irving pur jus sur nombre d’aspects : un campus américain, du sport (la lutte bien sûr), Vienne, et ces petites remarques bien senties sur les travers du genre humain ou du quotidien, dont je me suis régalée.

Mais ce sont surtout des familles étranges et des parcours hors-normes. Irving s’est encore décarcassé… mais ne s’est pas surpassé. Et c’est là mon premier bémol – je n’ai pas trouvé ces figures particulièrement réussies. Des personnages singuliers, mais sur qui il aurait pu tomber les 7 plaies d’Égypte que cela ne m’aurait fait ni chaud ni froid. Pas d’attaches, pas d’émotions.

Un mariage poids moyen, ce sont aussi des choses plus étonnantes ou dérangeantes, c’est selon. Pas de « bondieuseries », et, bien au contraire, du s*xe presque cru. Pas d’intrigue loufoque et rocambolesque non plus ; plutôt une trame dont l’auteur ne s’est pas départi, sans vrais rebondissements. Le récit finit même par s’enliser par instants… et les flash-back sont distillés à un rythme dissonant, sublimes au départ, presque parasites à la fin. 

judith20gustav20klimt.jpg Etrange coïncidence : il est beaucoup question de peinture, et notamment de la Judith de Klimt présentée ici il y a peu ! (p. 130)

En définitive, un récit intéressant sur de nombreux aspects, mais un plaisir de lecture aléatoire. Bon, cela ne m’empêchera pas de me jeter sur d’autres titres d’Irving avec enthousiasme… mais encore et toujours avec circonspection !

C’était une lecture commune avec Kikine (qui elle l’a lu en VO ! Wow !).

Bonne plock à tous !

PS : je me targue de bien connaitre Irving et j’en prends pour mon grade : je découvre en préparant ce billet que ce roman est l’un de ses premiers, écrit bien avant Garp ! Outch’ !

Un mariage poids moyen (The 158-Pound Marriage), par John Irving (1973), traduit de l’américain par Françoise et Guy Casaril (1984), aux éditions Points (1995), 283 p., ISBN 2-02-0257777-7.



23 commentaires

  1. Mango 22 avril

    Inconditionnelle de cet auteur, rien ne peut me décevoir dans ses romans!Il ne cesse de m’étonner et surtout d’ailleurs avec ses défauts!

  2. clara 22 avril

    Ca fait beaucoup de bémols !

  3. Pickwick 22 avril

    @ Mango : je finis par croire que j’ai mangé mon pain blanc avec Irving… mais c’est vrai que c’est toujours plaisant, même quand ce n’est pas une grande réussite (sauf Une veuve de papier. Celui là m’est vraiment resté en travers !!!)

    @ Clara : à la relecture, c’est vrai que je n’ai pas beaucoup parlé des points positifs ! Le style est toujours aussi sympa, sa façon de voir les rapports humains toujours pertinente sans oublier des scènes très droles :) ! Merci de me l’avoir signalé, je ne m’en étais pas rendue compte !

  4. L’Ogresse 22 avril

    Lu il y a tres longtemps, memes impressions que toi, pas du tres grand Irving…

  5. Kikine 22 avril

    Comparé à moi, on peut dire que tu as bien aimé ta lecture mais je suis ravie que tu me rassures en insinuant que ce n’est pas son meilleur :)

  6. Pickwick 22 avril

    @ L’Ogresse : c’est tout à fait ce que je pensais en refermant le livre : « ça va, mais… » merci de l’avoir mis en mot !

    @ Kikine : oh loin de là ! Mais il a fait pire aussi, alors… Et j’espère que tu auras l’occasion d’en lire de meilleurs, vraiment !

  7. Ofelia 22 avril

    John

  8. keisha 23 avril

    Il fut un temps où je me jetais sur les Irving, et j’ignore si j’ai lu celui ci . Mauvais signe car je sais très bien que parmi tes très bons j’ai lu les deux premiers mais pas les deux derniers… Pour la LAL peut être?

  9. laurence 23 avril

    C’est bien ce qui me semblait alors … Je l’ai lu il y a longtemps et n’en ai aucun souvenir. Il devait être ni bon ni mauvais, du coup, il ne m’en est plus rien resté !

  10. Le Journal de Chrys 23 avril

    Comme toi j’avais énormément aimé l’œuvre de Dieu la part du diable.

  11. Pickwick 23 avril

    @ Ofelia : ouiiiii ?

    @ Keisha : arf’, comment ne pas te les conseiller ? Les 2 m’ont méchamment bouleversé… oui, comment ?

    @ Laurence : ouh, c’est même très mauvais signe :) ! Et je me demande par conséquent ce qu’il va m’en rester dans qq temps également !?

    @ Chrys : yes ! Ses meilleurs personnages sont dans ce roman je trouve. Homer a même plus de charisme que Garp à mes yeux !!

  12. Manu 23 avril

    Je partage entièrement ton choix des très bons, mais je ne mettrai pas Une veuve de papier dans les mauvais. J’ai apprécié ce roman personnellement !
    Sais-tu qu’un nouveau vient de paraître en anglais ?
    Je n’ai pas lu celui-ci mais j’ai lu peu de ses premiers romans.

  13. Ingannmic 23 avril

    J’ai lu « Une prière pour Owen » il y a quelques siècles, et j’en garde un bon souvenir. J’ai en revanche lu plus récemment « Le monde selon Garp », qui ne m’a pas vraiment emballée ; je crois que c’est une question d’alchimie qui n’a pas prise… Il s’y passait plein de trucs, mais je me suis ennuyée pendant les 3/4 du bouquin.
    Du coup, je n’ai jamais plus retenté l’expérience, et ma foi, ton article me conforte dans cette décision.

  14. Pickwick 23 avril

    @ Manu : tiens ! A moins que j’attendais trop de ce livre, mais je l’ai vraiment refermé bougonne ! Encore une fois, je ne sais pas si tu les as lu, mais je recommande L’Oeuvre de dieu…, Garp, L’Hotel New hampshire et Owen les yeux fermés. Et merci pour l’info sur le dernier, je ne savais pas du tout ! Vivement qu’il soit traduit :) !

    @ Ingannmic : sincèrement, je ne conseillerai surtout pas celui-ci si tu es déjà mitigé. En revanche, si tu as aimé Owen, je crois vraiment que L’Oeuvre de Dieu pourrait te plaire, ils sont très différents mais jouent sur les mêmes ressorts il me semble.

  15. Ys 24 avril

    Je me rappellerai toute ma vie je crois de la scène d’ouverture du « Monde selon Garp » : j’étais ado quand j’ai lu ça et je n’en revenais pas ! Si je veux retrouver Irving, je tente plutôt « L’œuvre de Dieu;.. » alors ?

  16. Pickwick 24 avril

    @ Ys : si je peux te donner envie de retrouver Irving, j’en serai ravie ! Je ne peux que recommander L’Oeuvre de Dieu…, mais Une prière… est très beau aussi. Homer dans le 1er et Owen dans le 2nd sont des personnages aussi puissants que Garp selon moi !

  17. Ofelia 25 avril

    Le bloug m’a mangé mon coeur après le « John »
    J’ai acheté le dernier « Last night in twisted river » à l’automne dernier. Il a été mis en pause parce que j’étais dans une période creuse niveau lecture mais il est gé-nial. Je retrouve le John des débuts. Je promets une note dès que j’ai fini de le lire :)

  18. Pickwick 25 avril

    @ Ofelia : le vilain.
    Heureuse d’apprendre que John ne s’est pas complètement oublié :D . Pressée de lire ton billet, mais pressée aussi de voir ce titre traduit ! In french pleaaaase, pensez aux billes comme moi ;) !

  19. Liyah 26 avril

    Je n’ai encore rien lu de cet auteur ! J’ai l’oeuvre de Dieu la part du diable dans ma PAL mais toujours pas lu ! Y en a un autre que j’aimerai lire, Une prière pour Owen mais bon … voila quoi !

  20. Géraldine 29 avril

    C’est un auteur que je n’ai encore jamais lu. Manifestement, ce n’est pas avec ce roman là qu’il faut faire connaissance avec lui, malgré ce titre bien accrocheur.

  21. zarline 30 avril

    De cet auteur, je n’ai lu que la Quatrième main que j’ai bien aimé mais sans plus. Je vois que tu le classes dans les moyens de l’auteur, ce qui me donne assez envie d’en découvrir un autre, peut-être Le Monde selon Garp…

  22. La Nymphette 2 mai

    Je n’ai lu que deux romans d’Irving, « Le monde selon Garp », il y a fort fort longtemps qui m’avait bien scotché, et plus récemment « Une veuve de papier » qui m’a à peine fait l’effet d’un post-it mais que j’ai fini sans me forcer… Quant à son maître-roman, « L’oeuvre de Dieu, la part du diable », la niaiserie de l’adaptation ciné (ce n’est que mon avis) m’avait un peu freiné, pê devrais-je me laisser tenter…

  23. mortgage loans 26 janvier

    If you’re in a not good position and have got no money to go out from that, you would require to take the home loans (goodfinance-blog.com). Because it should aid you for sure. I take credit loan every time I need and feel myself fine just because of this.

Laisser un commentaire

ARCHIMONDAIN |
Des mots, ici et là |
Voyage au coeur du vide... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the dead rose poet creations
| Ce que j'aime!
| Il mondo della poesia