Into the Wild

Into the Wild (10-18)

Pas de suite possible avec Into the Wild : le personnage principal meurt à la fin. Ou plutôt au début. Je ne gâche aucun suspens allons : c’est vendu dès l’avant propos. Certes, les dodos ne sont pas toujours des lumières… mais je n’ai définitivement pas pour habitude de tuer les vocations de lecture dans l’oeuf (wouarf wouarf).

Reste parmi nous, inconditionnel amateur de polar et d’intrigues. Il y a du suspens malgré tout. Si l’on sait que le bonhomme est mort dès le début, ce n’est qu’à la fin que l’on découvre pourquoi, comment, et surtout à quel prix. Cette fin… elle fait sérieusement froid dans le dos, quand j’y repense.

C’est donc une chasse à l’homme mort qui s’engage, et par delà, une chasse à l’Homme. La traque reste évidemment un prétexte tout trouvé par l’auteur pour s’interroger (pas toujours) subtilement sur les aspirations du genre humain. Chris-Alex est parti : il voulait découvrir le monde - ou se découvrir lui-même, on ne sait vraiment, lui non plus, d’ailleurs. Sa terre promise : l’Alaska. Son moteur : la liberté. Son atout : sa foi en l’homme. Son erreur : sa foi en l’homme.

Illustrons nos propos… l’extrait d’une lettre de sa main fera certainement l’affaire : « il faut seulement que nous ayons le courage de tourner le dos à nos habitudes et de nous engager dans une façon de vivre non conventionnelle« . On est parfois admiratif, parfois affligé… Sentiments contradictoires garantis ou remboursés.

L’éditeur aurait pu, tout de même, insérer un avertissement, du genre « Ne pas lire si l’envie de plaquer mari / femme / enfants / boulot / belle-mère (rayer la mention inutile) vous a furieusement traversé l’esprit dernièrement« . Ou bien  »Ceci n’est pas un guide à l’usage de ceux qui projettent des vacances aux frais de la princesse grâce à l’auto-stop« . Parce que, tout dodo casanier et bien élevé que je suis, je vous assure que l’on referme le bouquin avec une indécente envie de plier bagage et dire m.. à beaucoup de choses.

Bonne plock à tous !

PS: Je n’ai pas vu le film… et serait curieux de connaître l’avis de ceux qui ont mêlé ciné et littérature. Est-ce que l’adaptation de Sean Penn est à la hauteur, décevante, intéressante… ?

Allez, bande annonce.

Image de prévisualisation YouTube

 

Into the Wild, par Jon Krakauer (1996), traduit de l’américain par Christian Molinier, aux éditions 10-18, collection Presse de la Cité, Domaine étranger, 285 p., ISBN 978-2-264-05089-2.



10 commentaires

  1. céline 30 janvier

    Je n’ai pas lu le livre mais j’ai trouvé le film très beau… E très perturbant aussi :-)

  2. Nathaly 31 janvier

    Oui, j’ai été assez secouée par le film aussi, j’ai trouvé qu’il valait le coup. Mais je ne lirai pas le livre après l’avoir vu.

  3. Tiphanya 3 février

    Je n’ai pas lu le livre, mais le film est très beau. Par contre j’avais surtout apprécié l’aspect grandiose de ce voyage très bien retranscrit dans une immense salle de cinéma.

    Dans le genre « je ne veux pas grandir mais je ne sais pas quoi faire », je te conseille « Solanin », un manga qui part des mêmes interrogations, qui bouleverse et qui pourtant n’avance pas du tout de la même façon que ce livre.

  4. Pickwick 3 février

    C’est vrai que le film n’a peut-être pas le meme attrait en DVD… aïe ! Mais sans regret puisque je n’aurai probablement pas lu le livre après l’avoir vu (ça marche difficilement dans ce sens, bien vu Nathaly !).

    Et tu sais que n’ai jamais lu de manga ? Je m’en vais voir ça sur ton blog : il faut bien commencer un jour ;)

  5. constance93 6 février

    je n’ai vu que le film, que j’ai adoré mais ne reverrai pas. Trop dur. C’est pour ça aussi que je ne lirai pas le livre.
    Dans tous cas, bienvenue dans la blogosphère de lecture, j’aime bien ta façon de parler des livres, c’est original et plein d’humour =D
    au plaisir de te lire

  6. Pickwick 7 février

    Le livre est certes très émouvant, mais peut-être pas autant que le film d’après ce que tu me dis… Je devrai peut-etre suggérer une analyse comparé pour le challenge « Lunettes noires… » !
    Et merci encore pour tes encouragements, ils me rassurent terriblement !

  7. Nelfe 8 février

    Le film est vraiment superbe.
    Ce fut mon préféré de 2008!

    Je n’ai pas lu le livre par contre…

  8. Livraison 10 février

    Salut Pickwick !
    J’ai fait les choses dans le désordre : d’abord vu le film, et acheté le livre ensuite… que je n’ai pas encore lu. Je l’ai entamé, un jour, mais il faut croire que ce n’était pas le bon moment. Je ne renonce pas ! Point de comparaison, donc, mais le film est à voir, assurément.
    A + !

  9. Pickwick 11 février

    @ Nelfe et Livraison : de quoi me convaincre encore de voir le film ! Je prie très fort pour qu’il repasse sur grand écran (dans ma ville -Lyon- pas mal de ciné font des « ressorties »), l’effet sera surement meilleur que sur DVD !

    @ Livraison : peut-etre qu’il n’est pas si agréable de lire un livre après avoir vu le film (perso je n’ai jamais pu !) ? Tu as certainement raison de laisser passer un peu de temps… je l’ai récemment conseillé à une amie qui part bientot en voyage, c’est certainement un bon contexte pour cette lecture !

  10. Lystig 20 juillet

    Je n’ai pas lu le livre, mais vu le film : poignant.

Laisser un commentaire

ARCHIMONDAIN |
Des mots, ici et là |
Voyage au coeur du vide... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the dead rose poet creations
| Ce que j'aime!
| Il mondo della poesia